Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Franck Fiszel
  • : A quoi bon accumuler des expériences commerciales et managériales, si ce n'est pour les partager (avec humour)?
  • Contact

Bonjour à tous !
29 mars 2009 7 29 /03 /mars /2009 17:05
De mémoire, c'est en 1986 que Philippe Bloch, à l'époque encore avec son compère Hababou, a écrit "Service Compris". Le futur fondateur, et exclu,  de Columbus Café, intervenant dorénavant pour "l'Entreprise" et "BFM" pointait déjà  le retard inquiétant pris par certaines entreprises dans la sensibilisation de leurs salariés (et managers) à la notion de service. Philippe Bloch pourrait publier, en rafraîchissant les exemples, ce même ouvrage en 2009. Si elle n'était ridicule, on pourrait même trouver cette constance rassurante!
Car au delà des sentences définitives et attendues("le service, c'est plus ce que c'était"; "de nos jours, c'est chacun pour soi" et autres balivernes) concrètement que faisons nous pour transformer ce mot, service, en concept concret?
Les exemples me viennent toujours des USA, capables du meilleur comme du pire. Même si dans le pire ils trouvent souvent les solutions et l'énergie pour redevenir les meilleurs. On a vu ces derniers de la classe en écologie, menant maintenant le combat durable comme s'ils l'avaient inventé. On les verra, j'en suis certain, quand il s'agira de concevoir un ordre financier acceptable, pragmatique et utile, car les créateurs de Ponzi et Madoff sauront inverser la machine bien plus vite que n'importe qui
Et dans la notion de services, ils ont pris tant d'avance qu'il nous faudra, oui nous les français, une illusoire remise en cause afin de nous mettre au diapason.
J'en veux comme exemple la situation si courante, et pourtant si exemplaire, de nos liens avec les personnels dans la restauration. Le pays "number one " au monde dans l'accueil touristique ferait bien de songer à former mieux à la convivialité et au service ses fantassins en contact quotidien avec tant de clients. Un exemple? Essayez, dans n'importe quel "boui boui" états unien, de demander du spécifique, une exception,   un changement de légume ou de couleur de glace, et vous aurez la seule réponse qui existe là bas : "Sure" (pas besoin de parler anglais!)
L'une de mes clientes est allée il y a quelques jours dans l'un de ces lieux somptueusement snobs et chers, tout près de l'Opéra, avec quelques partenaires. Comme ils servaient les vins au verre (au prix d'une grande bouteille, certes, mais bon), et que 19h est l'heure de l'apéro, elle demanda au serveur un verre de vin liquoreux.
Elle a eu droit à un speech interminable, détaillant que comme il n'y a pas beaucoup de demandes, ce cépage n'est pas servi à l'unité; et devant sa mine surprise, le "service man" (je rigole!) lui a précisé : "comme vous n'avez pas l'air de saisir(!), je vous envoie le sommelier afin qu'il vous explique". Ce dernier est donc venu commenter les propos de son collègue, puisqu'il faut bien comprendre que des endroits de luxe comme celui ci ont des impératifs de rentabilité à respecter, et que la baisse de la fréquentation oblige à prendre des décisions parfois impopulaires. Bref, au lieu de chercher une solution, il a raconté sa vie et ses soucis!
Pour rappel, lorsqu'on va dans ce genre d'endroit, et qu'on est prêts à en payer le prix, c'est rarement pour se concentrer sur les problèmes des autres!
Cela paraîtra anecdotique à certains, mais pour moi cela est LE révélateur de l'état d'esprit contre lequel je me bats en toutes circonstances, et surtout en ce moment. Si on se concentre sur les problèmes, on ne voit qu'eux. Alors qu'en se focalisant sur les opportunités et solutions, on se présente comme un véritable support, une aide, un soutien
D'ailleurs au bout du compte, car il n'est pas idiot, juste sous influence, le sommelier a apporté son vin à ma cliente (malheureusement l'effet négatif perdure, la preuve!).
Un jeune artiste à qui je demandais récemment comment il faisait pour s'en sortir, dans une activité aussi incertaine qu'irrégulière, et dans des périodes aussi tendues, m'a répondu : "si je me concentre sur toutes les raisons que j'ai de ne pas faire, je vais rester tétanisé, et devenir inactif. Donc je préfère rechercher toutes les occasions d'agir, de me battre et de me réjouir, les autres ne me servent à rien". Comme je le félicitais pour sa perspicacité si précoce et lui demandais de m'en dire plus sur ses projets, il m'a répondu : "je pars dans quelques semaines en Californie"

Partager cet article

Repost0

commentaires