Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Franck Fiszel
  • : A quoi bon accumuler des expériences commerciales et managériales, si ce n'est pour les partager (avec humour)?
  • Contact

Bonjour à tous !
2 janvier 2008 3 02 /01 /janvier /2008 16:16

C'est à la fois la période, et une forme d'obligation sympathique! Quoique! Les SMS par centaines, qui vous arrivent et, avec un vouvoiement déconcertant, vous présentent les souhaits "sincères" de personnes qui vous tutoient habituellement! Ou les belles images d'ours se prélassant sur la banquise, avec ou sans musique douce (selon moyens et sensibilité techno de chacun), que vous recevez, perdues parmi les spams innombrables, agrémentées de citations de Confucius ou du Dalai Lama. Sans mentionner ces superbes cartes de l'UNICEF, qui, avec des fleurs peu de saison, et un texte type, manifestement rédigées industriellement par une stagiaire ou le gamin de votre expéditeur, que vous classez verticalement! C'est l'âge, le champagne qui passe de moins en moins, ou bien simplement cette vague impression de déjà vu, déjà reçu? Pendant qu'un simple coup de fil, ou  un réel message perso, même en mode TEXT, cela a tant de charme, tant d'attention concrète

Surtout si on parle business, ce qui est malgré tout l'un des objectifs de ce blog! Car avec qui le développe t on, ce business? Avec un prestataire qui vous rappelle que vous êtes 1 parmi des millions (une poussière, quoi!); ou avec un partenaire qui prend le temps de vous suggérer que vous êtes important pour lui, qu'il vous connaît, ou souhaite mieux vous connaître! Je sais bien, pour trop l'avoir fait, que les voeux de nouvelle année sont un prétexte en apparence formidable pour relancer d'anciennes relations, et montrer à nos clients et fournisseurs qu'on pense à eux. Et si, en reprenant l'idée d'Alain Bosetti, le patron de Place des Réseaux, on envoyait ses voeux en été, pour changer, et se démarquer?  Relançons, certes, mais démarquons nous

Je cause, je cause, et avec tout cela j'oublie l'essentiel. Recevez donc, vous qui lisez, et tous vos proches,  mes voeux les plus sincères et les plus chaleureux, de santé, business et harmonie, pour cette année 2008, où 1 chose est certaine : on va travailler plus!

Et comme disait le Dalai Lama : "Le vrai bonheur ne dépend d'aucun être, d'aucun objet extérieur. Il ne dépend que de nous..." :)

Partager cet article

Repost0
4 octobre 2007 4 04 /10 /octobre /2007 00:05

C'est probablement l'age du capitaine (!), mais voilà que je me mets à larmoyer : quoi, déjà 5 ans que l'aventure a commencé. Au démarrage, c'était parti dans une toute autre direction (Europe, USA, TAIWAN, ...). Et puis il y a le fameux pragmatisme (c'est comme cela qu'on appelle les prospects qui refusent d'acquérir l'offre qu'on leur a si adroitement concoctée!

Les associés ont changé, de nouvelles recrues, parfois temporaires, puis plus stables, ont rejoint l'équipe (toujours à forte majorité féminine). Plus de 60 mois, 7 salariés le masculin l'emporte toujours) et 330 entreprises clientes ensuite, et malgré des aléas assez prévisibles, ma foi (à force de fréquenter des créateurs, on connaît les risques les plus fréquents, comme le BFR, etc.), nous sommes - toujours - debout

Et sur le point de célébrer joyeusement l'événement. Ce sera le 25/10, au traditionnel BIZEN (certains m'avaient suggéré sounoisement de changer, mais David le patron, et son équipe, font tant d'efforts pour améliorer chaque fois leurs prestations...). Bien entendu, ce sera aussi pour moi l'occasion de répéter les sempiternelles récriminations sur "ceux qui promettent, confirment, ... et oublient"; mais bon, laissons la bonne humeur prendre le dessus

Message personnel : si je souhaite évidemment la présence du plus grand nombre, à la fois pour manifester un peu de solidarité et donner des nouvelles, j''espère tout particulièrement que les participants des 1ères sessions Cap (les "crash tests") retrouveront leur esprit "ancien combattant", et viendront partager avec nous, et leurs ex collègues les aventures qu'ils rencontrent depuis

D'ailleurs, sur les 103 dirigeants  qui ont bien voulu répondre à notre questionnaire de satisfaction/évolution, le CA est passé de 20 à 35M €; et le nombre de salariés de 240 à 420, globalement, depuis leur stage (confirmation que nous visons d'abord les TPE!). Permettez nous, en ces périodes d'auto congratulations, de prendre un peu de leur succès à notre compte (au moins pour les rencontres business engendrées); car si les chiffres avaient été inverses, il y aurait bien eu de bonnes âmes pour nous le reprocher..; :)

Bref, cher lecteur (je ne mets pas encore de "s", c'est une lettre condentielle); si tu es client, confirme vite ta présence le 21/10 dès 20h (la participation demandée sera précisée ensuite); et si tu n'es pas encore client, il te reste quelques semaines pour remédier à ce léger inconvénient. Nobody's perfect, mais ça se soigne!

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2007 7 23 /09 /septembre /2007 18:07

Après quoi, peut on se demander, quand on prend un peu de recul! Car à bien y regarder, si je n'ai pas mis les pieds (les doigts) sur mon blog depuis 2 mois, c'est bien pour avoir été débordé. Ou m'être laissé déborder! Le quotidien, les affaires, les multiples réseaux, si je veux chercher des excuses, je finirai par en trouver.

Pourtant, au delà de la recherche désespérée d'excuses (pour me rassurer moi même, puisque seul moi suis au courant des promesses non tenues), je me demande bien ce qui a pu me tenir aussi longtemps éloigné de cette page!

Des bouquins lus, il y en a eu quelques uns, pas tous terribles d'ailleurs. Des accessits pour les derniers Grisham et Douglas Kennedy, un "bien vu" pour "Venge moi" de Besson, "Bof" pour le Hérisson de Barberys, ou le best seller de Musso, et ... j'ai oublié les autres. Alors, au delà du temps dans la sphère privée, que s'est il passé depuis 2 mois?

Une équipe Coach Europ en train de changer; Stéphanie a mis au monde un petit Arthur , Virginie s'apprête à faire de même (pour le prénom, on verra!); Nathalie se concentre désormais sur sa propre boite, et a donc été remplacée par Myriam, qui donne l'impression de prendre rapidement son territoire en mains; du coup Jihane et Mounia, en 1ère ligne, sont complètement débordées, tout en gardant leur célèbre sourire (vérifiez au 0174372594 ou 95).

 Et comme de + en + de clients, sympathiques et dynamiques, font appel à nous pour renforcer les performances de leurs équipes commerciales --> de MaxData (les écrans Belinea) à Last Minute (le célèbre voyagiste), en passant par Fusacq et les spécialistes de la reprise d'entreprises, les opportunités sont bien là! D'où, suite à de nombreuses demandes, la mise en place de formations management, enfin: 3 jours en Novembre Décembre : Sélectionner, Motiver, Contrôler;

 le lancement de 3 journées, en Octobre, pour mieux communiquer avec la Presse, avec l'aide de Barbara Ouvrard, notre amie, journaliste et RP;

de la gestion financière et RH, 3 jours en Octobre également;

plus la préparation de journées commerciales complémentaires (niveau 2!), probablement en Janvier. Pour cela d'ailleurs, souhaitons la bienvenue à Claire et Ariane qui renforcent le pôle "formation vente" (Patrick tu nous manques, mais tu vois, depuis ton départ, Coach Europ n'emploie QUE des jeunes femmes!)

Pendant ce temps les réseaux se multiplient : le 28 Novembre de 7h30 à 9h (!), Buzzness 95, notre réseau de Gonesse, organise un événement spécial ouvert aux entrepreneurs du Val d'Oise. Et nous co organisons, avec Promopole, à St Quentin en Yvelines, la plus importante pépinière de France, un cocktail à 11h le même jour. Dans le cadre de la Quinzaine des Réseaux, concoctée par Place des Réseaux, avec qui d'ailleurs nous prévoyons, sur Novembre, des conférences en Région très prometteuses. Mais ce sera l'opportunité de revenir écrire un peu....

Allez, bonnes ventes

:)

Partager cet article

Repost0
16 avril 2007 1 16 /04 /avril /2007 18:38

Comment faire du business aujourd'hui? Chaque période, dans notre chaleureux pays (en ce moment la chaleur est effectivement au RV), est synonyme d'empêchement ou de report. Jusqu'au 6 Mai, chouette, on élit notre président. Inutile de faire des plans, surtout si c'est XXX (à remplir individuellement, ya des isoloirs pour cela) qui est élu(e)

Puis on va avoir les Ponts de Mai, les élections législatives de Juin (avec une probable cohabitation, puisqu'on aime montrer notre inconséquence); enfin un peu de vacances en Julllet Août, car faut bien se remettre (pas au travail, de nos émotions !); et on pourra aborder les grèves de Septembre en toute sérénité.

Ma seule question : qu'est ce quon va bien inventer en Octobre pour tenir jusqu'aux prépératifs des fêtes de fin d'année? Amertume, cynisme, ironie? Même pas; car autour de moi, pas mal de gens qui bossent, se donnent du mal. Comme s'il y avait 2 populations, et que les seuls liens entre les préoccupations qu'on nous dit avoir dans les journaux, et notre quotidien réel, c'est cette espèce de sensation désabusée de "déjà vu". Les promesses électorales, sans doute; la lourdeur du climat, ressentie la dernière fois à cette période en 1949 (qui parmi les quelques lecteurs de ce blog étaient nés?) aussi. Quoique le beau temps, ça rend les gens plus souriants 

Et alors on rencontre quelques clients sympas, on voit son équipe (la meilleure du monde) se défoncer avec enthousiasme, et on se dit que finalement, Nico, Ségo et Franço (pour la rime), s'ils veulent bien nous laisser bosser, on les tolèrera, un peu...    :)

Partager cet article

Repost0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 15:01

C'est le moment (fin 2006), la fatigue (fin de semaine), la digestion (quelle période!), mais la mauvaise humeur me prend soudain. En faisant le point, avec mon équipe, sur ce qui a marché cette année, et sur les actions d'amélioration à envisager, je me heurte à une tendance qui me prend sérieusement la tête. Tant pis si cela me vaut quelques inimitiés!

Les faits : nous organisons très régulièrement des événements : soirées, réunions, petits déjeuners, ... Et depuis quelques mois, curieuse tendance, tous horizons confondus (clients, prospects, partenaires, ...) : les promesses non tenues!

Le taux de présence ne dépasse plus 40%, non pas des invités (ce qui serait formidable), mais des personnes ayant CONFIRME leur présence la veille!

Au delà de la difficulté de prévoir les tailles de salle, les consommations, ou les tours de table pour les "business meetings", cela pose tout simplement un problème de confiance. D'abord en soi même, et en ses capacités à réunir.

Pourquoi dire oui, et SANS PREVENIR, omettre l'invitation? Si quelqu'un a une autre réponse que "prévoyez dorénavant 40% de présents", je l'en remercie vivement. En refusant de me contenter de cet état des lieux navrant. Quand on connaît le niveau d'energie nécessaire pour organiser une rencontre professionnelle et conviviale, c'est parfois à désespérer. Mais 2007 va certainement se présenter différemment. A propos, comme cela vous intéresse manifestement, voilà quelques opportunités pour nous rencontrer en Janvier:

Petit déjeuner information Cap Avenir chefs d'entreprises : Paris 11/01, 9h30

Petit déjeuner lancement BNI Gonesse, 100 chefs d'entreprises, 19/01 à 7h30 !

Rencontre Cap Avenir Réseau, Paris 24/01, 17h

Soirée clients Coach Europ, Paris 24/01, 20h

Qu'on se le dise, qu'on appelle le 01 74 37 26 40 ...et surtout qu'on respecte ses engagements!

Partager cet article

Repost0
27 octobre 2006 5 27 /10 /octobre /2006 15:25

On peut aussi allier business et tourisme !

C'est ce que je me suis dit, avec grand plaisir,  le week end du 21 Octobre. Le groupement de revendeurs informatiques "SEQUENCE"  (www.sequence-info.fr) tenait son congrès à l'Ile de Ré, Samedi, Dimanche et Lundi, et son secrétaire général, Daniel Volf, m'a gentiment convié pour apporter un message externe à ces valeureux chefs d'entreprises (qui d'autre travaille encore le dimanche?)

Cela a été d'abord l'opportunité de découvrir un coin que j'avoue n'avoir jamais visité. Avec la chance des touristes d'arriver juste après l'orage, et de repartir juste avant les fortes rafales de vent. Idéal donc pour se revigorer, tout en préparant activement une intervention dynamique (mon objectif!). L'air iodé, en plus d'un magnifique plateau de fruits de mer (je recommande vivement le Skipper, restau local charmant), voilà de quoi aborder un dimanche matin studieux avec l'enthousiasme nécessaire

Avouons le: la tâche a été plus facile que prévu. Les dirigeants étaient à la fois constructifs et très à l'écoute; les questions fort pertinentes; et apparemment les sujets traités à leur goût! J'avais prévu 2 grandes étapes pour cette matinée bien ambitieuse :

1) mes clients n'ont plus de besoins! et autres réflexions sur la vente de matériel informatique et les enjeux de la profession, avec toujours ce leitmotiv : prospecter sans cesse!

2) a t on réellement besoin encore de manager ? pensées (provocatives, c'est vrai) sur les 4 grandes fonctions d'un manager en 2006 : sélectionner, former, motiver et contrôler; et les raisons pour lesquelles c'est à la fois difficile... et indispensable 

La suite sera, espérons le, des actions locales ou inter entreprises de formation, voire d'accompagnement personnalisé, pour les plus motivés. Mais c'est une autre histoire, qui me permettra, je le souhaite, de visiter d'autres superbes coins de nos provinces

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2006 4 28 /09 /septembre /2006 16:59

Parfois on craque! Surtout quand cela ne va pas comme on le voulait. Les frustrations, et énervements sont si fréquents dans une journée de boulot, qu'on finit par se croire à la maison... :)

Pourtant, certains jours, la saison de la moutarde est particulièrement avancée, et les nerfs lâchent. Pour quelle raison ce soudain coup de bec? Parce que j'aimerais comprendre pourquoi tant parmi nous (vous?) respectent si peu leurs engagements!

Prenons l'exemple de ce fournisseur, reconnu, installé, ronronnant. J'organise un événement, il me dit qu'il souhaite venir, je l'invite avec plaisir, ... et puis plus rien. Je me fiche qu'il vienne ou pas, et même qu'il s'agisse d'abord de politesse,de respect de ses clients (ou de ses fournisseurs, le mot partenaire a pourtant un sens, même s'il est de bon ton de dire que c'est "galvaudé!"), ou juste de mémoire!

Vous l'aurez compris, il n'est pas venu, et surtout, malgré une relance affirmative de la veille, n'a pas pris sur lui de prévenir, courtoisement. Et lorsque je laisse un message, 48h ensuite, pour valider que tout va bien, pas de rappel non plus. A quoi sert d'avoir de l'orgueil quand on ne peut pas en abuser. et puis cela fait du bien de se venger sur ses fournisseurs, lorsqu'on ne peut le faire, ni sur ses clients, ni sur ses enfants (je rigole!... quoique!)

Bref, lorsque l'impoli enfin se manifeste, 10 jours après, c'est pour me dire qu'il a été malade, ces dernières 24h! Et pourquoi pas un mot du médecin, voire des parents, pendant qu'il y est? A croire que les mails, SMS et messageries n'ont pas encore été inventés. Quel  démarrage déplorable de notre négo annuelle des conditions nous liant. C'est ainsi que l'on perd de la marge!...

S'il avait suivi nos formations commerciales, il saurait que fidéliser et renforcer ses clients, cela passe par une action préalable, et une seule (roulement de tambours!)

Notez bien, car je ne le répéterai pas une fois (plutôt mille!) : Respectez votre parole! Et vous ferez partie des 30% de patrons, vendeurs, commerciaux, responsables qui ont cette faculté de faire ce qu'ils disent

Comme le disait un de mes vieux amis : quand tu dis que tu fais, tu le fais! et quand je dis que je fais, je le dis!

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2006 5 28 /07 /juillet /2006 15:13

 

 De plus en plus de chefs d’entreprises, et je m'en réjouis, me demandent d’intervenir auprès de leurs équipes, afin de les « booster » et leur donner plus de cœur à l’ouvrage. Elles se ramollissent et une intervention extérieure devrait les secouer.

Belle ambition, en effet, et je les félicite pour leur initiative. Pourtant, ces commerciaux à animer ne sont pas tous des journalistes (même s’il  en reste trop !), plus occupés à chercher des excuses et des justifications que mettre en oeuvre des solutions. Et ils ne se cachent pas tous derrière leurs docs et leurs démos, en espérant les transformer en boucliers les protégeant du contact avec un client. J’en rencontre des bons,  même souvent ces derniers temps. Apparemment la récente « crise » aura permis de faire un peu le ménage, et donné l’occasion à ceux qui étaient faits pour d’autres fonctions (vendeur est un métier, comme développeur,  toubib ou ingénieur) de chercher d’autres horizons. Enfin !

D’accord, beaucoup de ceux qui ont les qualités nécessaires (une vraie écoute, de la persévérance) manquent encore cruellement de réelle formation, puisque 90% n’ont eu ni cours de vente ni entraînement, depuis qu’ils ont rencontré leur 1er client.  Mais ça, c’est une opportunité pour moi (et mes confrères).

Et puis, la meilleure formation ne donnera que des pistes, des réflexions, de la méthodologie, elle n’impacte pas directement sur la motivation. Alors que manque t il à ces commerciaux pour être enfin plus motivés ?

 Demandez aux directeurs commerciaux et aux patrons en général : « mes gars (au sens générique du terme, il y a aussi beaucoup de commerciales, souvent bien plus efficaces!) ont  primes et incentive pour leur donner envie de se bouger ! Faudrait il aussi que je les prenne par la main pour les contraindre à faire ce pour quoi ils sont payés ?

Ils ont raison, bien sûr. Un commercial qui se respecte trouve la motivation au fond de lui, en général.

 

 

Mais les équipes ne sont que les wagons d’un train. Et aucun train n’avance sans locomotive. Aussi quand j’entends un patron se lamenter ouvertement sur l’incompétence de son comptable, l’indifférence de ses fournisseurs, la politique incohérente de ses partenaires, l’agressivité de ses s… de concurrents ou les charges qui l’assassinent, je me dis qu’il ferait mieux d’aller au cinéma, au golf ou à  la piscine. Pendant ce temps là, il ne risque pas de faire de démoralisation superflue, et de perturber l’enthousiasme hésitant de ses collaborateurs. Si un manager sert à quelque chose (et nous reviendrons sur ce point) c’est probablement pour tirer les wagons, pas pour  freiner ses troupes. Quel exemple !

Pour imager différemment la célèbre allégorie  du poisson, qui commence à sentir par la tête, rappelons aussi qu’on balaye un escalier en commençant par le haut.

Partager cet article

Repost0