Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Franck Fiszel
  • : A quoi bon accumuler des expériences commerciales et managériales, si ce n'est pour les partager (avec humour)?
  • Contact

Bonjour à tous !
18 juillet 2009 6 18 /07 /juillet /2009 16:27
Qui mieux que les nouveaux  "auto entrepreneurs" pour ressentir les difficultés liées à la fois au changement de statut, d'activité, aux affres de la recherche de clients, aux enjeux de la gestion aministrative, et tout cela dans une très probable grande solitude?
En juin dernier, sous l'impulsion de Place des Réseaux, le meilleur spécialiste en France du "networking" business, la 1ère Université des Auto Entrepreneurs a eu lieu à La Défense. Avec des sessions d'1 heure, et une belle salle de 250 places toujours remplie pendant 2 jours.
Cela fait longtemps que je forme des managers et des commerciaux, mais jamais je n'ai vu autant de prises de notes, entendu autant de questions, et disons le, rencontré autant d'enthousiasme (de "en theos", en grec, avoir Dieu en soi!!)
Les thématiques, pragmatiques, tournaient toutes autour de réflexions basiques : quoi faire, comment bien le faire, sur qui s'appuyer. Le mot "crise" n'a été que peu utilisé, en revanche la notion de réseau  a été le fil conducteur indéniable de l'événement. Sous toutes les formes : comment s'informer, se former, communiquer, se faire connaître, se différencier, se vendre, gérer, optimiser, réussir, ... Impossible ou presque tout seul!
Le succès passe par les réseaux, physiques ou virtuels. Et de Viadeo aux DCF , de Linkedin au Medef et à la CGPME, de 6nergies à BNI, de Plaxo à Cap Avenir Réseau, de Xing  au CJD, toutes les pistes sont bonnes à explorer, à condition d'agir d'abord, pour trouver le réseau qui nous convient (conseil perso : le réseau limité aux membres de ma profession n'est pas suffisant, même si utile!)
Voilà quelques liens intéressants sur cette Université, (bientôt en province d'ailleurs) même s'ils mettent un peu en parenthèse ma modestie
www.entrepreneurwebtv.fr/?wtv=319
site de L’Entreprise.com

Et à propos, je lance un appel à tous (!!) mes lecteurs assidus et à leur créativité pour trouver une nouvelle expression. Personnellement je n'apprécie pas trop le terme "réseautage", assez incongru, et ne reflétant pas la notion de boulot bien explicite dans l'anglais "networking". Aussi, si quelqu'un avait une idée pour exprimer à la fois cette notion de "filet", "maille", "interdépendance", d'un côté, jointe à celle d'"action", de "performance", de "réussite", tout cela en français bien entendu...
Le gagnant de ce concours informel sera propulsé en haut de ma considération, et cela devrait en attirer plus d'un!
Bonnes vacances et RV le 27/07 au Pranzo pour ceux qui veulent "networker" en été aussi
N'oubliez pas : certains disent qu'ils peuvent, d'autres qu'ils ne peuvent pas; ils ont en général tous raison

Partager cet article

Repost0
8 décembre 2007 6 08 /12 /décembre /2007 14:30

 Tout a commencé par une rencontre, comme d'habitude! Alain Bosetti, patron du Salon des Micro Entreprises, et fondateur du désormais célèbre "Place des Réseaux", coordonne avec la Société Générale des interventions dans toute la France, pour prêcher la bonne parole auprès des porteurs de projets. L'enjeu est de les sensibiliser au besoin clair de développer son réseau relationnel pour accroître son business (et sur le fait que la Générale est le bon interlocuteur pour les aider!)

Et nous voilà, à 4 intervenants, dans une vingtaine de villes, entre Novembre et Décembre; là, surprise, les organisateurs font le plein (plus d'une centaine de présents à chaque occasion) (http://socgen.59.kernix.biz/conferences/)

J'ai eu l'opportunité d'intervenir déjà à Mulhouse et Metz, en attendant Troyes, Reims et Compiègne cette semaine. Le hasard a  voulu que me soit attribuée ma région natale (Est France), et que la 1ère personne rencontrée soit un ancien "copain" (je parle des années 60!), perdu de vue depuis....encore plus que ça. Patron du lieu où se déroule l'événement,  il est ravi de l'occasion de se faire connaître ainsi par de futurs chefs d'entreprises locaux

Dans ces conférences concoctées principalement par Alain Bosetti, nous insistons sur cette réalité : chacun de nous a un réseau , qui ne demande qu'à être réactivé et entretenu, et j'ai pu ressentir à Metz un bien bel exemple. Notre base de données personnelle est remplie de gens que nous avons appréciés à un moment de notre vie, privée ou professionnelle; et qui nous ont apprécié! Et puis nous bougeons, changeons de boulot, de ville, et laissons au hasard seul les retrouvailles éventuelles. Pourtant parmi ces connaissances, certains pourraient avoir besoin de nos compétences ou connaissances, ou nous des leurs. Donc voilà un petit travail de mémoire (sans repentance...) que je compte commencer à faire rapidement, et régulièrement

Et puis si ce n'est pas moi qui réactive mon réseau, qui va le faire? :)

Partager cet article

Repost0
8 juillet 2007 7 08 /07 /juillet /2007 01:20

Parfois les rencontres réseau peuvent se révéler à la fois angoissantes et enthousiasmantes. Ainsi, lorsque l'organisation EPWN m'a demandé d'intervenir en juin, lors de leur congrès à Paris (Best Of : http://www.parispwn.net/newsletter2007/nl_062007.html) je ne connaissais qu'une chose : il s'agit de l'European Professionnal Women Network. Donc une association d'abord féminine, réunie au Chalet de la Porte Jaune à Vincennes. Première - bonne - surprise : je me suis retrouvé à un déjeuner, seul homme, au milieu d'environ 200 femmes. A part le fait que beaucoup sont venues me demander si je n'étais pas gêné (de quoi, de la jalousie probable de mes congénères?), cela s'est révélé un grand moment. L'accueil autant que le repas, étaient parfaits. Puis nous nous sommes retruvés, avec une trentaine d'entre elles, pour une séance de formation aux business meetings, comme j'ai l'habitude d'en organiser, tant pour Cap Avenir Réseau, que pour le Medef 78, le Girnop (Medef 93) et bien d'autres. Et là, autre surprise :  le congrès EPWN étant international, l'animation devait se faire en anglais. Cela fait des années que je rebâche, lors de mes formations, l'importance d'une bonne préparation. Et voilà que je me suis piégé tout seul. Car soyons directs, si mon anglais est correct pour une conversation courante, j'aurais gagné (et les participantes aussi) à m'entraîner un peu mieux, les bafouillements auraient été moins nombreux. Donc, à refaire, avec plaisir, mais je promets à Kaoutsar Entifi (l'organisatrice qui m'a convié) de répéter bien plus la prochaine fois...

Partager cet article

Repost0
10 juin 2007 7 10 /06 /juin /2007 13:15

Appartenir à 10 réseaux différents, c'est probablement bien trop; et pourtant chacun d'entre eux nous apporte sa spécificité, à tel point que s'il fallait choisir (choisir, c'est exclure), le dilemme serait grand. Mais pour l'instant, la réflexion est plutôt à la création de synergies et au développement des liens entre ces différents "networks". Ainsi, le 20 Juin, la réunion traditionnelle (désormais) que nous organisons avec Cap Avenir Réseau, dès 17h30, au BIZEN (111 rue Réaumur, métro Bourse), est renforcée par le leader de la recommandations d'affaires, BNI (Business Network International).

Grâce à l'appui de Marc-William Attie, son dynamique animateur, nous allons permettre aux membres des 2 réseaux d'échanger, et renforcer à la fois leur carnet d'adresses, et leurs possibilités d'affaires. C'est pour cette raison qu'exceptionnellement cette rencontre sera réservée aux membres actifs, ainsi qu'aux postulants (ayant déjà participé à un petit déjeuner BNI, ou à une session Cap Avenir Réseau)

En parallèle, et grâce à l'influx de Valérie Abehsera, la Directrice Générale de VIADEO, nous allons mettre en place des modules de formation courts, afin de permettre à tous de mieux utiliser ce réseau qui comporte aujourd'hui 1 200 000 membres (en 3 ans!). Car s'il y a beaucoup d'inscrits, trop peu parmi nous savent vraiment comment optimiser les nombreuses ressources de l'ex-Viaduc. A suivre donc... 

Partager cet article

Repost0
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 12:27

Le commentaire, relativement fréquent, qui m'est fait lorsque l'on évoque le temps nécessaire à participer à des réseaux, ne me surprend qu'à moitié.

Non pas que je sois persuadé d'avoir particulièrement raison de m'investir ainsi, en soirées et petits déjeuners, en rencontres plus ou moins informelles, et en recommandations diverses. Mais rappelons que pour nous, chefs d'entreprises, le développement de notre activité, de notre business, est notre priorité. Et faire du networking, à mon sens, est aussi important que de gérer son tableau de trésorerie, prospecter ou régler un litige client. C'est une brique dans la construction de mon activité au quotidien. Qui n'aimerait pas avoir l'assurance que l'effort qu'il est en train de fournir est investi pour un résultat garanti?

Bien sûr, j'ai perdu, comme beaucoup, du temps dans des cocktails bidon, ou participé à regret à des apéritifs creux et inutiles. J'essaye de ne pas répéter ces erreurs. Mais j'ai aussi consacré de l'énergie à des prospects qui ont finalement décidé de s'adresser ailleurs, ou aidé des clients qui ne m'ont montré  au bout du compte aucune reconnaissance. Cela fait partie du jeu!

Pour ceux qui considèrent le networking (je ne me fais pas au mot : réseautage!), comme une activité annexe, subalterne, secondaire, je n'aurai qu'une réponse: vous n'avez pas encore trouvé (cherché?) le bon réseau!

A propos, prochaine rencontre Cap Avenir Réseau au BIZEN, 111 rue Réaumur, entre 17h et 20h, le 22 Novembre. La 1ère visite est gratuite, faites le savoir!   :)

Partager cet article

Repost0
31 juillet 2006 1 31 /07 /juillet /2006 08:40

Développer son business, trouver aisément des clients, des partenaires, des prescripteurs, quoi de mieux qu'un bon "bouche à oreille" ? ("word to mouth", in English). C'est pour cela que j'adhère à un nombre croissant de réseaux. Maintenant, comment bien les choisir, et surtout y investir temps et énergie nécessaires à leur efficacité ?

Pour savoir quoi en retirer, autant avoir un but simple; pour que ça marche, il faut l'ambition de donner.

Chacun d'entre nous a développé une (ou plusieurs) expertise, dans des domaines divers, et a construit un carnet d'adresses plus ou moins conséquent. Je fais profiter de mes quelques compétences et de mes introductions les membres des réseaux auxquels j'ai adhéré. Pas à n'importe condition, ou n'importe comment. Loin de moi l'idée de recommander quelqu'un que je ne connais pas, ou dont je ne suis pas sûr de la qualité des prestations. Pour cela, j'applique la règle, apprise, chez BNI, dite 2CS: Connaissance, Confiance, Stimulation. Je ne mets en avant que celui que je connais, qui m'a rassuré quant à sa qualité, et me donne envie de le recommander. Pour le connaître, il faut bien plus d'une rencontre ; pour que je lui fasse confiance, je dois soit le tester moi-même, soit être confronté à des "utilisateurs" potentiels; et pour que je pense à lui, le fait qu'il m'ait lui-même rendu service est un formidable incitatif. D'où l'idée de donner d'abord, pour recevoir ensuite.

Chacun de mes réseaux actuels me permet de rencontrer des chefs d'entreprises différents, selon des fréquences et des circonstances différentes, d'où une réelle complémentarité.

Ainsi (par ordre alphabétique), je suis actif chez

- 93 Entreprendre, pour parrainer de jeunes chefs d'entreprises, leur accorder des prêts d'honneur, et les accompagner (à titre gracieux, pour ceux qui sont agréés) dans leurs développements ; animateur : Loïc Senlis

- BNI, Business Network International, 1er groupe mondial de la recommandation d'affaires; j'ai le privilège d'animer l'antenne de Villepinte (rencontres hebdomadaires, pas de concurrence entre les membres) ; responsable France : Marc-William Attie

- CCEN 93, club des créateurs d'entreprises nouvelles du 93, sous l'égide de la CCI; réflexions communes et entraides, sous l'impulsion de Anne Treister

- Cap Avenir Réseau, 1er dans mon coeur, et dernier en date; à la base conçu pour permettre aux clients Coach Europ (principalement responsables TPE d'IDF) de renforcer leurs liens et compétences ; occasion de réaliser des "Business Meetings" récurrents, en distribuant un maximum de cartes de visite

- DCF 95, les Dirigeants Commerciaux de France ; petit groupe très soudé qui se réunit mensuellement grâce à la pugnacité et l'enthousiasme de Bruno Lardeur et Catherine Meurisse

- Green Oak, lancé presque comme une blague par 2 copains, Anthony et Laurent, et devenu une news letter de 2000 exemplaires, et une rencontre trimestrielle sympathique, autour des TIC, et pour un coût ridicule

Et les "virtuels", Viaduc, Linkedin, ou les "institutionnels", comme CGPME, dont je suis membre, ou le MEDEF, pour lequel j'ai l'opportunité, grâce à Chantal Duval, d'animer des réunions dans le 78

Tout cela prend du temps, et nécessite pas mal d'enthousiasme et d'écoute. Mais c'est un excellent moyen de progresser encore.

Pour s'améliorer, il faut changer; donc pour être parfait, il faut avoir changé souvent 

Partager cet article

Repost0